Témoignages


Depuis son ouverture en 2014, le personnel du Centre d’éducation et d’appui des travailleurs de Sudbury a aidé plus de 600 personnes de la région du Grand Sudbury à obtenir de l’éducation, de l’information, du soutien et de l’aide pour défendre leurs droits au travail. Voici quelques témoignages reçus de travailleurs que CEATS à aider. Veuillez noter qu’ils ont été traduits de l’anglais.


Merci CEATS pour m'avoir aidé à traverser cette épreuve. J'ai pu conserver mon emploi, exercer mes droits et lutter avec succès pour l'équité en milieu de travail. Vous avez rendu une situation très stressante supportable en me faisant sentir soutenu et éduqué. Vous m'avez guidé à travers une situation très difficile et m'avez encouragé en cours de route. J'espère que d'autres trouveront le courage de se défendre; CEATS serait un bon point de départ. Merci encore.

-Anonyme


J'ai entendu parler du CEATS par l’entremise d'une agence de placement dans laquelle j’ai été impliquée et je les ai approchés au sujet d'un problème que j'avais avec un employeur. Le personnel du CEATS m'a fait sentir à l'aise et m’a offert des réponses très informatives à mes questions. Ils sont allés au-delà de mes attentes quand j’ai eu besoin de livrer des documents à l'ARC et étais à l'extérieur de la ville. Ils les ont immédiatement imprimés et les ont livrés en personne en mon nom. J'ai apprécié le fait qu'ils vous traitent comme une personne à part entière et démontrent un véritable intérêt dans chacun des cas qu'ils traitent. J'ai choisi de faire du bénévolat au sein de l’organisme parce que je pense que les gens doivent être mieux informés de leurs droits au travail. Le service que CEATS offre est indispensable tant pour le travailleur que pour la communauté.

– Donna


En mars 2015, j'ai perdu mon poste pour avoir contacté mon service des ressources humaines et de m’avoir plaint d'avoir été harcelée au travail.

J'avais été harcelée verbalement et émotionnellement par un collègue pendant 6 mois à mon travail. Lorsque j'ai finalement senti que mes superviseurs ne faisaient rien au sujet du harcèlement, j'ai décidé de communiquer avec mon représentant des ressources humaines (comme dicte mes droits en tant qu’employée) pour leur faire savoir que mes superviseurs ne traitaient pas sérieusement les plaintes de harcèlement. Deux jours après avoir déposé ma plainte, j'ai été congédiée de mon poste avec la compagnie.

Ce que la compagnie a fait était mal, et il fallait que je fasse quelque chose.

Directement après ce qui s'est passé, j'ai contacté le ministère du Travail. C’était beaucoup de numéros 1-800, des messages automatiques afin d'obtenir la bonne personne, et des personnes me disant d’en appeler une autre. Je me sentais prise dans un cercle vicieux d’appels à une personne et à une autre.

Pendant que je travaillais sur mon curriculum vitae au Centre d'option d'emploi, j'ai mentionné à mon travailleur ce qui s'était passé et il m'a remis une brochure pour le Centre d’éducation et d’appui des travailleurs de Sudbury (CEATS). J'ai immédiatement appelé et pris rendez-vous avec la directrice générale.

Elle a immédiatement commencé à appeler la Commission des relations de travail de l'Ontario et a commencé à me pointer dans la bonne direction pour prendre des mesures contre mon employeur. Elle m'a mis en contact avec un avocat de la Commission qui m'a ensuite aidé à remplir, à déposer et à servir la plainte contre mon ancien employeur.

Elle m'a aussi aidé, assisté et soutenu tout au long du processus, me rappelant que j'avais besoin de continuer, peu importe les mauvaises choses que mon ancien employeur disait de moi. Elle m'a rappelé que ce qu'ils ont fait était mal, que j'avais besoin de continuer à me battre pour mes droits en tant qu'employée qui faisait confiance à son employeur, et qui a fini par être le « mauvais gars ».

En fin de compte, avec les preuves que j'avais et avec l'aide du CEATS et de la Commission des relations de travail, dans les 9 mois suivant mon congédiement, j'ai reçu un paiement forfaitaire de l'employeur.

N'abandonnez pas de vous battre pour vos droits en tant qu'employé. Le Centre d’éducation et d’appui des travailleurs de Sudbury vous aidera à vous orienter dans la bonne direction et utilisera sa base de contacts et son conseil d'administration pour vous aider de toutes les façons possibles. Je recommanderais entièrement leurs services si vous désirez commencer à lutter pour vos droits.

-Sarah